Bonjour et bienvenue sur alpimondo.com. Pour mieux vous connaître et améliorer votre navigation dans nos pages, nous utilisons des cookies. En continuant votre visite, vous acceptez notre politique de cookies

Avec le chaman de la Cité Perdue...

Avec le chaman de la Cité Perdue...

De retour de Colombie... Une nouvelle fois, j'ai vraiment apprécié l'échange de questions/réponses entre mon groupe et Romaldo, le chaman de la Cité Perdue.
Le chaman est le personnage central pour chacune des quatre ethnies indigènes de la Sierra Nevada de Santa Marta : Kogis, Wiwas, Arhuacos, Kankuamos. Il est à la fois un chef spirituel, intermédiaire entre les dieux de la nature et la population, un philosophe, un médecin par les plantes, un voyant.
Sur la photo, Romaldo tient un poporo, une calebasse contenant de la poudre de coquillage marin. Avec sa baguette, il va chercher un peu de cette poudre, qu'il va ensuite déposer dans sa bouche. Feuilles de coca, salive et poudre s'additionnent pour donner une mixture qui va apporter l'énergie supplémentaire dont il a besoin.

Lire la suite
  445 lectures
445 lectures

Népal, Haut-Dolpo

Népal, Haut-Dolpo

«  Himalaya, l’enfance d’un chef » c’est ici : Tout le monde a apprécié le film dont la scène se déroule dans les fabuleux espaces isolés et reculés de l’Himalaya népalais. Débutant dans les forêts de moyenne montagne, la région s’élève dans les alpages des éleveurs de yacks puis les grands espaces minéraux où les villages de pierres sont des refuges humains organisés… Alpimondo s’y rendra  en octobre 2017…

Lire la suite
  582 lectures
582 lectures

Le plaidoyer de Haile Selassié l’empereur éthiopien et son écho jamaïcain jusqu’à Bob Marley, contre le fascisme et l’immobilisme.

Le plaidoyer de Haile Selassié l’empereur éthiopien et son écho jamaïcain jusqu’à Bob Marley, contre le fascisme et l’immobilisme.

Le 30 juin 1936, le roi des rois qui vient d’être écrasé par les légions mussoliniennes en soif de colonie, prononce l’un des plus beaux discours qu’on puisse imaginer sur la liberté,  le droit des peuples et le fléau de la guerre. Ce discours fera de lui le symbole de l’émancipation africaine.  « Outre le royaume du seigneur, il n’est pas sur cette terre, une nation qui  est supérieure à une autre. S’il arrive qu’un gouvernement fort estime qu’il peut impunément détruire un peuple faible, alors que l’heure sonne pour les gens faibles de faire appel à la Société Des Nations pour rendre son jugement en toute liberté. Dieu et l’histoire se souviendront de votre jugement. »

 Quelques années plus tard, Marcus Garvey, un professeur de doctrine politique et religieuse, leader de la cause noire en Jamaïque, présente le messie du mouvement «  RAS TAFARI » (1 er titre de l’empereur qui affirme descendre de la reine de Saba et du roi Salomon.)

A la tribune de l’ONU en 1963, Hailé Sélassié prononce un autre célèbre discours : « En attendant que la philosophie qui tiens d’une race supérieure et une autre inférieure ne soit, enfin et définitivement, discréditée et abandonnée partout c’est la guerre. Je dis guerre. Et  tant qu’il y aura des citoyens de première et de deuxième classe, dans chaque nation, tant que la couleur de la peau  d’un homme n’aura pas plus de signification que la couleur de ses yeux, je dis : guerre ! » Bob Marley transformera les appels à la révolte, les souvenirs de l’esclavage et les principes du négus  en  musique dans les années 1966 en créant le Reggae : Redemption song, War, Get up Stand up...   

Lire la suite
  559 lectures
559 lectures

De retour du Guatemala...

De retour du Guatemala...

Peu avant Noël, je suis rentré d'un voyage de reconnaissance au Guatemala, l'un des pays les plus séduisants d'Amérique Latine en raison de sa richesse naturelle et culturelle : des volcans en activité, un lac Atitlán parmi les plus beaux du monde, des baignades de rêve dans les rivières, des rites précolombiens issus des Mayas, d'innombrables ruines archéologiques isolées dans la jungle, des vêtements traditionnels de grande qualité,...

A bientôt sur les chemins mayas !

Vincent

Lire la suite
  538 lectures
538 lectures

Régis revient du Népal - Une participante raconte...

Régis revient du Népal - Une participante raconte...

Il y a exactement une semaine, je rentrais de ce merveilleux voyage. Que dis-je, ce n’était pas seulement un voyage, c’était bien plus, ce fut une aventure exceptionnelle.
C’était mon premier trek, et je n’en reviens toujours pas, j’ai toujours autant d’étoiles dans les yeux !

Je suis partie quelques jours avant la date du trek, on était un petit groupe de 6 à faire cette démarche, comme ça nous avons pu visiter Katmandou, et rencontrer les enfants que l’association Lila Shiva Kumari soutiens.
Durant ces 3 premiers jours, j’ai vécu énormément de choses, premièrement j’ai découvert Katmandou ! Je m’étais imaginée, les voitures, le bruit, beaucoup de monde … mais en fait, c’était en 1000 fois plus grand que ce que je m’étais imaginée. Tout les sens sont en éveils dans cette ville!
- La vue, il y a de nombreuses couleurs, on rencontre beaucoup de personnes, les boutiques qui se suivent, les petits temples, monastères, les fils électriques qui s’entremêlent, … on regarde partout à la fois, il y a toujours quelques choses à découvrir !
- L’odorat, avec la pollution, la poussière, mais n’oublions pas les épices, et les encens !
- L’ouïe, avec le bruit des klaxonnes, la découverte de la langue, leur accent anglais (qui est bien compréhensible je trouve !), parfois de la musique dans certaines rues.
- Le goût, avec tous ces magasins, on trouve beaucoup de chose à manger, c’est l’occasion de tester de nouveau fruit par exemple. (Attention au piment !)
Cette ville regorge de surprises, il faut se laisser porter, aller ici et là, on trouve toujours quelques choses d’intéressant. Mais attention, un trop plein arrive rapidement, c’est épuisant de passer ces journées à l’extérieur, on est assez pressé de retrouver le calme ensuite.
Deuxièmement, j’ai rencontré les « enfants », que l’association Lila Shiva Kumari soutiens. Quelle magnifique rencontre (un site internet est à disposition pour savoir leur histoire, les aides, …) ! Un peu difficile au début car il faut se remettre à parler anglais, mais petit a petit c’est revenu et j’ai bien pu échanger avec les enfants. Ils nous ont fait découvrir leur nouvelle maison, nous ont parlé de leurs études, ils nous ont fait visité le Temple des Singes. Ces enfants sont merveilleux, j’ai aimé voir leurs yeux briller pour des choses qui pour nous, nous semblent si simple, j’ai aimé voir leur force, leur simplicité, l’attention qu’ils se portent les uns aux autres, j’ai aimé échanger avec eux sur toutes les choses banales, leur apprendre certaines choses sur ma vie en France, sur ma famille. Ils ont un cœur immense.

Puis le reste du groupe (nous étions 11 en tout) nous a rejoint, et ça y est, la grande aventure commence ! Et elle a commencé par une journée de bus et de Jeep, c’était long mais bien sympathique de voir les paysages défiler devant nous, et ça annonçait le début, on quittait la ville et le brouhaha, pour le calme et la nature !
Nous avons marché pendant 11 jours :
Jagat – Dharapani – Koto – Meta – Chyaku – Phu – Monastère de Satek – Naar – journée du col, le Kang-La Pass 5320 mètre, Nagwal – Upper Pisang – Danakyu – Jagat.
Chaque journée était nouvelle, rien ne se ressemblait, on a marché en forêt, traversé des rivières et cascades, franchis des ponts immenses, traversé des plaines étendues, nous avons rendu visite aux yacks, marché DANS la montagne, … Lorsque je me disais un jour que j’avais vu le plus beau, et bien je me trompais, le lendemain le paysage me frappait de plein fouet, chaque jour des étoiles se rajoutaient dans mon regard. Le beau temps a toujours été de notre côté lors des marches, parfois un peu de vent, mais quelle chance nous avons eu ! La nature a été clémente avec nous, et grâce a elle nous en avons pris plein les yeux. Marcher et entendre la rivière couler, ressentir la puissance, observer au fur et à mesure les sommets enneigés qui se présentaient devant nous, écouter le silence, se ressourcer, profiter de l’instant présent, imprimer le maximum d’images dans la tête pour ne rien oublier. C’est dingue ce que la nature peut nous apporter sur tout les points. Chacun fait un voyage comme celui la pour une raison particulière, ou non d’ailleurs, peu importe, mais ce qui est sur, c’est que chacun d’entre nous peut trouver ce qu’il recherche !

Durant le parcours, nous avons rencontré très peu de touristes, car le parcours que nous avons fait est beaucoup moins connu que le tour des Annapurna. Et quel bonheur de se retrouver seule, face a ces montagnes, a côtoyer les personnes vivant dans les montagnes, qui s’occupent des lodges, ou bien qui travaillent dans leur petit village. Les gens ont un regard qui en dit long sur leurs histoires.

Grâce à Régis, nous avons pu passer une nuit dans un monastère, ce n’était pas prévu, le programme a un peu changé. Quelle expérience ! Nous avons pu manger avec les enfants moines, discuter avec une des maîtresses, c’était super.

Régis a fait de ce voyage, une expérience exceptionnelle ! Le groupe est resté soudé jusqu’au bout, dans une bonne entente et une bonne ambiance. Nous avons passé le col tous ensemble, et quel merveilleux sentiment d’être arrivé en haut tous en même temps. Les sherpas et porteurs étaient là pour nous féliciter, je voyais sur chaque visage les différents sentiments des personnes du groupe, satisfaction, soulagement, fatigue,… Quelle claque on se prend quand on arrive en haut, face à ces hauts sommets, certains sommets les plus hauts du monde se sont dressés devant nous, sous un ciel bleu et un soleil brillant.

A la fin du trek nous sommes revenus sur Katmandou, de nouveaux avec les enfants, encore de très bons moments de partage comme au début, des visites ou nous avons approché la religion Hindouiste et Bouddhiste, nous avons aussi vu, malheureusement, les dégâts qu’a fait le tremblement de terre, mais ce qui est impressionnant, c’est de voir comment les gens continuent a vivre, avec le sourire, ils ont une telle force…
Le retour a Katmandou est tout de même difficile, le brouhaha, la cohue « organisé », sont difficiles a supporter après la tranquillité de la montagne.

Bref, je suis sans mots ou devrais-je dire « cent » mots. Beaucoup de choses durant ce voyage, beaucoup à raconter, et beaucoup à garder pour soi.

Un voyage comme celui-là marque les esprits, surtout si bien accompagné ! Je ne remercierai jamais assez Régis pour cette belle aventure !

En résumé, j’ai découvert des paysages merveilleux: la ville, la montagne, la forêt, des plaines immenses, des rivières, des cascades, des ponts, des villages éloignés, les sommets parmi les plus haut du monde ; J'ai rencontré des gens merveilleux, avec des sourires et rires inoubliables, avec des regards qui en disent tant et qui vous transpercent ; J'ai vu la pauvreté du pays et la richesse intérieur de ces habitants ; J'ai rencontré toute une famille et connu toute son histoire ; J'ai vu le positif comme le "négatif" ; J'ai exploré la culture, le mode de vie et la religion ; Et tellement d'autres choses... Cette aventure m'a bouleversé: j'ai rigolé, j'ai partagé, j'ai appris, j'ai douté, j'ai eu mal, j'ai rencontré, je me suis surprise, j'ai pleuré, ...! On ne revient pas indemne de ces expériences, un bout de moi restera là-bas, je rentre le coeur lourd et léger à la fois! Je n'oublierai pas!

 Je remercie encore une nouvelle fois Régis, merci aussi à Ash notre guide local, et aussi à notre équipe de porteur. Ce voyage nous l’avons fait en tout à 20 personnes en comptant tout le monde. Une sacrée belle aventure avec des rencontres formidables.

MERCI. Namaste !
Mylène

Lire la suite
  803 lectures
803 lectures